Elizabeth P.

Une soif de livres et de liberté / roman, Roman
6 février 2021

À vingt ans, contre l'avis de son père, Odile Souchet est embauchée à la Bibliothèque Américaine de Paris.
Mais bientôt la guerre arrive, et les livres sont en danger.
La directrice et tous les gens présents vont tout faire pour continuer à les faire circuler.
Voilà un livre que j'ai démarré avec réticence.
Je ne savais pas du tout de quoi il parlait, n'ayant pas lu la quatrième de couverture.
Je le trouvais lent.
Les sauts dans différentes époques m'agaçaient.
Et puis petit à petit, je suis rentrée dans cette histoire et je l'ai trouvée passionnante.
Quel destin ont eu tous ces gens !
Unis par l'amour des livres, ils ont réussi des prouesses pendant la guerre.
J'ai aimé chacun des personnages avec leurs passions et avec leur failles.
J'ai trouvé que c'était superbement raconté.
Et j'ai été encore plus enthousiasmée quand, ayant fait quelques recherches après ma lecture, j'ai découvert que c'était une histoire vraie.
Que la directrice de la librairie américaine, Dorothy Reeder avait réellement existé
Un peu dommage peut-être que le titre « The Paris Librairy » ait été traduit par « une soif de livres et de liberté »

La famille Martin, Roman
19,50
29 janvier 2021

Un auteur en mal d'inspiration a l'idée de prendre la première personne qu'il croise dans la rue et de lui proposer de raconter sa vie.
Puisqu'il n'arrive plus à créer des personnages, il va en prendre des réels.
Voilà comment il .est amené à raconter l'histoire de la famille Martin.
Je serais tentée de dire, même si ce n'est pas gentil, que quand un auteur n'a plus d'inspiration, soit il attend qu'elle revienne, soit il change de métier.
Car en effet, l 'histoire de cette famille ne nous apporte pas grand chose.
Quelques heures de lecture pas trop désagréables, sans plus.
En plus le style est la mise en forme n'ont rien d'exceptionnel.
Un livre emprunté que j'aurais regretté d'avoir acheté.

Brèves de solitude
18,90
28 janvier 2021

Dans un square à Paris, des personnes aux occupations différentes passent un moment et s'ignorent.
Voilà la première partie
Ensuite, c'est le confinement et on retrouve la plupart de ces personnes enfermées chez elles.
Quelle fine analyse des caractères, des comportements.
Avec ces mesures psychologiquement éprouvantes, voire inhumaines, chacun vit la solitude imposée à sa manière.
Avec son caractère, avec son vécu, avec ses sentiments...
Malgré la pesanteur de la situation, Sylvie Germain ne nous décrit pas ces situations plus ou moins lourdes avec pessimisme.
Pudeur, sensibilité, retenues... elle effleure.
Et la poésie de son écriture fait que tous ces cas bouleversés dans leur quotidien, même s'ils reflètent notre société actuelle et morose, on accepte d'en lire l'histoire.

Ce matin-là

Les Éditions Noir sur Blanc

27 janvier 2021

Ce matin-là, la voiture de Clara ne démarre pas.
C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.
Vase qu'elle n'imaginait pas si plein.
Elle remonte chez elle et s'effondre.
Burn out qui couvait sans qu'elle s'en soit vraiment rendu compte.
Elle n'est plus capable de rien et plonge.
Il est certain qu'en ces périodes moroses, ce n'est pas forcément ce qu'on aurait envie de lire.
Heureusement qu'il y a la plume légère et sensible de Gaëlle Josse pour nous raconter cette histoire si fréquente de nos jours.
Elle réussit même à laisser une note d'optimisme.
Le monde du travail est souvent impitoyable et pressure bon nombre d'individus.
L'analyse du processus chez Clara est finement exposée.
Quand l'écriture est belle, on arrive à tout lire même si le sujet ne nous inspire pas vraiment.

Quelques battements de coeur
25 janvier 2021

À Ashford, Meg Nichols fait l'admiration de toute la ville.
Elle s'occupe en effet avec un dévouement exemplaire de sa fille, Grace, 17 ans, lourdement handicapée physique.
Un matin, Cara, la fille de la voisine découvre Meg sauvagement assassinée, et Grace a disparu.
Grande émotion dans toute la petite ville qui se mobilise pour retrouver Grace.
J'ai lu la première moitié du livre en me disant :  « Bof, j'aurais préféré voir ça dans un téléfilm par une journée pluvieuse »
Pas grand intérêt littéraire en effet, et tout cela me semble bien mièvre..
Et puis, tout s'emballe, l'enquête parallèle menée par un journaliste prend des tournure tout à fait inattendues, et j'ai dévoré la fin.
Ce livre est inspiré d'une histoire réelle.
Si ses qualités de style et d'écriture n'ont rien d'exceptionnel, c'est cependant un très bon récit de fiction au suspense bien maîtrisé et qui tient en haleine.